Assises du groupe BSIC à Cotonou

Des résolutions pour mieux servir la clientèle

Du 18 au 23 septembre, se sont déroulés à Cotonou, les travaux de la quatre-vingt-et-unième session du Conseil d’administration et de l’assemblée générale ordinaire de la Banque sahélo-saharienne pour l’investissement et le commerce (BSIC). De nouvelles résolutions sont prises pour faire du groupe un puissant levier de croissance, en dépit du contexte sanitaire et économique difficile.

Par Claude Urbain PLAGBETO, journal La Nation N°7832

7

L’activité du groupe de la Banque sahélo-saharienne pour l’investissement et le commerce (BSIC) a poursuivi sa dynamique de croissance en 2020, malgré la pandémie de Covid-19 qui a affecté l’économie de tous les pays. Les indicateurs sont pour la plupart en hausse par rapport à 2019, notamment en termes de résultats consolidés, d’emplois, de ressources clientèle, de mobilisation de ressources propres, selon les résultats présentés à l’assemblée générale ordinaire du groupe, tenue ce jeudi 23 septembre à Cotonou.

Les pertes cumulées ont même régressé de 35 millions d’euros en 2019 à 13 millions d’euros en 2020, quoique des efforts restent à faire en termes de paiement des arriérés de souscription au capital pour atteindre l’objectif des 200 millions d’euros d’ici trois ans.  C’est ce qui ressort de l’examen du rapport du Conseil d’administration pour l’exercice 2020, des états financiers de la Direction générale et des états financiers consolidés de la banque pour l’exercice clos au 31 décembre 2020 ainsi que des rapports des commissaires aux comptes et de l’auditeur international sur lesdits états.

Huit points ont été débattus lors de la réunion qui s’est penchée sur divers sujets liés à la vie du groupe bancaire. En plus des rapports statutaires présentés suivant les principes de transparence et de responsabilité, la situation financière actuelle du groupe et de ses quatorze filiales est passée au peigne fin.

Les participants se sont également prononcés sur les projets de fusion de la BSIC-Ghana avec Omni-Bank et de système d’information bancaire dit « Sopra » dont les rapports sont présentés par le Conseil d’administration. La demande d’adhésion au Conseil d’administration de la Banque formulée par la République de Guinée Conakry, a été aussi au cœur des discussions avant la recomposition du Conseil d’administration et l’approbation de la nomination des nouveaux membres.

4

Politique expansionniste

5

Procédant au lancement des travaux de l’assemblée générale, en présence de ses homologues des pays membres du groupe, Romuald Wadagni, ministre béninois de l’Economie et des Finances, a salué la tenue de ces assises en présentiel, malgré le contexte sanitaire difficile. Il adresse son satisfecit aux dirigeants et cadres du groupe pour les efforts déployés avant de les inviter à plus d’ardeur au travail. « Nous devons prendre les mesures nécessaires pour que les préoccupations trouvent des solutions en termes de besoins de financement des entreprises et des particuliers et de renforcement des capacités », lance-t-il.

Le ministre Wadagni apprécie particulièrement la politique expansionniste du groupe qui entend étendre ses activités et ses services aux autres Etats de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD) qui comprend 26 pays au total.

Dr Ahmed Omar Elhadi, président-directeur général de la BSIC, a rappelé l’ambition du groupe d’être une institution bancaire régionale de premier plan au service du développement économique et de la lutte contre la pauvreté dans les pays de la CEN-SAD en particulier et du continent africain et du monde en général. Il insiste sur les idéaux et les valeurs morales élevées mais aussi la nécessité de respecter les normes internationales en matière bancaire. La situation appelle à des solutions financières innovantes, au suivi continu de la mise en œuvre du plan d’action établi, souligne-t-il avant de convier toutes les banques affiliées à adhérer à des contrôles de crédit reconnus. Les directeurs généraux des filiales, des différents départements et autres cadres sont exhortés au strict respect des instructions, des circulaires et des normes internationales afin de préserver la bonne réputation du groupe bancaire aux niveaux régional et international.

Il est non seulement question de travailler à maximiser les rendements pour les actionnaires et les partenaires de la banque, d’offrir un environnement de travail adéquat au personnel mais surtout de fournir des services de qualité à la clientèle, selon Dr Khalid Al-Mabrouk, ministre des Finances de la Lybie. Au nombre des défis, il signale la nécessité d’étudier le marché, de cofinancer et de lancer des services de banque électronique, tout en rassurant de l’engagement des actionnaires à accompagner la banque vers des horizons plus prometteurs.

Levier de croissance

6

Suivant les orientations des instances de la CEN-SAD, BSIC est appelée à devenir un puissant levier de croissance économique dans l’espace sahélo-saharien. Cela passe par le renforcement des ressources financières et des capacités des ressources humaines ainsi que de la digitalisation des services, indique M. Kadmiri, secrétaire exécutif de la CEN-SAD. Il salue les efforts de multiplication de structures et de diversification des activités et services, fruit du dynamisme et de l’esprit d’initiative des responsables et cadres du groupe bancaire qui œuvrent depuis vingt ans à en faire « un instrument ancré dans la vision d’un espace sahélo-saharien plus intégré ».

Le secrétaire exécutif encourage les organes dirigeants à maintenir le cap en faisant davantage preuve d’ouverture pour répondre aux besoins croissants de ressources financières, notamment dans le contexte actuel des restrictions sanitaires. Il rassure que les conclusions et décisions de l’assemblée générale bénéficieront de l’appui de son institution, après avoir informé les actionnaires de l’adoption en cours d’un Plan d’action du Secrétariat exécutif et sollicite leur soutien à sa mise en œuvre. « Ce plan d’action contient d’importants projets à mettre en œuvre dans les Etats membres », poursuit-il, avant d’appeler les équipes à travailler ensemble sur les concours financiers que la BSIC pourrait apporter à ces projets.

L’assemblée générale ordinaire fait suite à la quatre-vingt-unième session du Conseil d’administration tenue mardi 21 septembre dernier sur les mêmes lieux. Les résultats des activités du premier semestre 2021 ont été présentés pour chaque filiale, avec l’analyse des données, des plans de travail, des difficultés et obstacles rencontrés et des moyens d’y faire face.

En prélude aux travaux, plusieurs comités se sont réunis pour discuter des rapports du premier semestre 2021 soumis au Conseil d’administration. Le comité Conformité et Risques et le Haut Comité d’audit ont ouvert le bal, samedi 18 septembre dernier, avant la tenue dimanche des sessions du Comité de Gouvernance et du Comité de nomination et de rémunération.

Khalid Al-Mabrouk souhaite que les prochaines assises du groupe se tiennent dans son pays : la Lybie.